Aucune haine de ce type n’a marqué les relations des Etats-Unis avec l’Iran sous le règne du Shah (1941-1979). Ce n’est que lorsqu’un nationaliste économique – Mohammed Mosaddeq – est arrivé au pouvoir entre 1951 et 1953 et qu’il a menacé de nationaliser l’industrie pétrolière iranienne, que la CIA, le Shah et la droite de l’armée iranienne – dirigée par le général Fazlollah Zahedi – ont pris des mesures contre lui. Mais même alors, ils ont vu les communistes comme une menace et non le peuple iranien.
Depuis la mi-septembre, une vague intense de protestations a déferlé sur Haïti. Environ cinq millions de personnes – la moitié de la population d’Haïti – ont participé à des barrages routiers et à des marches. Ils exigent la démission du président Jovenel Moïse, rejettent toute intervention étrangère et appellent à la résolution de la crise énergétique et économique. Le manque de carburant sur l’île est l’éperon. Le gouvernement a réagi en envoyant la police. Notre Alerte rouge #4, qui nous a été envoyée par nos camarades d’Haïti, offre une évaluation plus complète de la situation sur le terrain.
A l’Assemblée générale des Nations Unies, Jair Bolsonaro a ouvert la réunion par un commentaire étrange: il a dit que l’Amazonie (qui brûle depuis plusieurs semaines) est “pratiquement intacte” et que des “médias menteurs et sensationnalistes” font de désinformation. L’Amazonie, dont 60% se trouve au Brésil, n’est pas, selon Bolsonaro, “l’héritage de l’humanité”. Il estime que c’est un territoire brésilien, et que si le Brésil veut la détruire, alors qu’il en soit ainsi.
Le 12 septembre, des milliers de personnes sont descendues dans les rues du Soudan pour demander l’expulsion du Président de la Cour suprême et du Procureur général. L’Association soudanaise des professionnels – et le Parti communiste soudanais – se sont dits mécontents que le pouvoir soit aux mains de gens comme le général Abdel Fattah al-Burhan et le général Mohammed Hamdan Dagalo. Ils veulent que le gouvernement ait un caractère plus civil et démocratique. Pour donner un sens à la situation au Soudan, le Tricontinental : Institut de recherche sociale a publié cette semaine une alerte rouge #2.