Face à la pandémie, la vie doit passer avant le capital

English Español Português हिन्दी

Italiano, Melayu, Elliniká

 

International Assembly of the Peoples and Tricontinental: Institute for Social Research.


Le SRAS-CoV-2 ou COVID19, désormais déclaré pandémie mondiale par l’Organisation mondiale de la santé, a commencé à faire des ravages dans de nombreuses régions du monde, tandis que d’autres anticipent son arrivée. Nous sommes dans une véritable guerre qui exige la mobilisation de tous les efforts, et surtout de privilégier la vie et non le profit. Nous ne gagnerons cette guerre – comme l’ai déjà fait la Chine – que si nous faisons preuve d’unité populaire et de discipline, si les gouvernements gagnent notre respect par leurs actions et si nous agissons en solidarité dans le monde entier.

La dette mondiale s’élève à 250 milliards de dollars, dont une partie est constituée par l’énorme dette des multinationales. D’autre part, des milliards de dollars sont utilisés à des fins spéculatives sur les marchés boursiers et dans les paradis fiscaux. Au fur et à mesure que l’activité économique se contracte, les entreprises feront la queue pour être renflouées. Ce n’est pas la meilleure façon d’utiliser les précieuses ressources de l’humanité dans le contexte actuel. Au milieu de cette situation, le fait que les marchés financiers restent ouverts est un manquement à l’imagination. La chute des marchés boursiers, de Hang Seng à Wall Street, n’est qu’un moyen d’intensifier l’anxiété de la société mondiale, car la santé de la bourse est considérée à tort comme un indicateur de la santé économique dans son ensemble.

Des quarantaines et des suspensions d’activités à long terme sont en place dans une grande partie du monde, en particulier en Europe et en Amérique du Nord, mais aussi de plus en plus en Afrique, en Asie et en Amérique latine. L’activité économique a déjà commencé à s’arrêter. Il est impossible de faire des estimations des pertes nettes, et même les grandes institutions internationales ajustent leurs estimations à ce sujet chaque jour. Une étude de la CNUCED du 4 mars, par exemple, prévoyait que le ralentissement de l’industrie chinoise allait lui-même perturber la chaîne d’approvisionnement mondiale et réduire les exportations de 50 milliards de dollars. Ce n’est qu’une fraction des pertes totales, qui sont pour l’instant incalculables.

Le FMI s’est engagé à utiliser mille milliards de dollars pour aider les pays à éviter un désastre économique. Une vingtaine de pays sont déjà venus lui demander de l’aide. L’Iran, qui s’était tenu à l’écart du FMI pendant les trois dernières décennies, a maintenant demandé son aide. Ce serait un revirement de politique de l’agence, sans précédent dans l’histoire, si ce n’était le refus honteux d’aider le peuple du Venezuela sous prétexte de ne pas reconnaître le gouvernement. Le FMI ne peut exiger d’ajustements ou de conditions pour accorder ces prêts-relais. Le rejet d’un prêt au Venezuela est le signe d’un grand échec politique du FMI.

La solidarité internationale de la Chine et de Cuba est exemplaire. Des médecins chinois et cubains se sont rendus en Iran, en Italie et au Venezuela, et ont offert leurs services et leur expertise dans le monde entier. Ils ont développé des médicaments et des traitements médicaux qui réduisent le taux de mortalité des personnes touchées par la COVID19 et veulent les distribuer aux populations du monde entier sans aucun brevet ni avantage. L’exemple des Chinois et des Cubains dans un tel moment doit être pris au sérieux ; grâce à cet exemple, au milieu de cette pandémie de coronavirus, il est plus facile d’imaginer le socialisme que de vivre sous le régime cruel du capitalisme.

Les pays européens, qui sont actuellement au cœur de la pandémie, voient leurs systèmes de santé affaiblis s’effondrer après des décennies de sous-financement et d’austérité néo-libérale. Les gouvernements européens, ainsi que la Banque centrale européenne et l’UE, concentrent l’essentiel de leurs ressources à essayer de sauver le secteur financier et des entreprises d’une débâcle économique certaine. L’adoption d’actions timides pour tenter de renforcer les capacités des États face à la crise – renationalisations ciblées, contrôle public temporaire des prestataires de services de santé – ou de mesures palliatives – exemptions limitées du paiement des loyers et des hypothèques sur les logements – ne représentent pas un engagement décisif en faveur des garanties fondamentales du travail et de la santé de la classe ouvrière la plus exposée aux effets dévastateurs de la pandémie : travailleurs de la santé, femmes chargées des soins, personnel des entreprises de distribution de nourriture, services de base, etc.

Il s’agit d’une répudiation partielle des recettes néolibérales qui ont été appliquées dans de nombreux pays et qui ont dominé le monde pendant les cinquante dernières années. Le FMI doit en tenir compte, car il a participé activement à la déprédation des ressources en Afrique, en Asie et en Amérique latine et à la création de déserts institutionnels dans les pays les uns après les autres. Le renforcement d’États présents redistribuant les richesses en faveur de larges majorités est une ligne de conduite qui doit être construite à l’échelle mondiale.

Les scientifiques affirment que la bataille décisive contre le virus pourrait perdurer sur les 30 ou 40 prochains jours. C’est pourquoi il est essentiel que chaque pays et chaque gouvernement prenne des mesures pour éviter la mort de milliers de personnes.

Les mouvements populaires, les syndicats et les partis qui composent l’Assemblée internationale des Peuples se proposent de formuler et de débattre d’un programme de changement structurel qui nous permettra de gagner cette bataille et de reconfigurer le monde.

  1. Suspension immédiate de tous les emplois, à l’exception du personnel médical et logistique essentiel et de ceux qui sont nécessaires à la production et à la distribution de nourriture et d’articles essentiels, sans perte de salaire. L’État doit assumer le coût des salaires pendant la période de quarantaine.
  2. Les services de santé, l’approvisionnement alimentaire et la sécurité publique doivent continuer à fonctionner de manière organisée. Les stocks de céréales d’urgence doivent être livrés immédiatement pour être distribués aux pauvres.
  3. Toutes les écoles doivent suspendre les cours.
  4. La socialisation immédiate des hôpitaux et des centres médicaux afin de leur éviter d’avoir à se soucier de leurs propres profits au fur et à mesure que la crise se développe. Ces centres médicaux devraient être sous le contrôle de la coordination centralisée de la campagne de santé du gouvernement.
  5. Nationalisation immédiate des entreprises pharmaceutiques et coopération internationale immédiate entre elles pour trouver un vaccin et des dispositifs permettant de simplifier les essais. Suppression de la propriété intellectuelle dans le domaine de la médecine.
  6. Faire immédiatement tester tout le monde pour le coronavirus. Mobilisation immédiate de kits de test, de ressources et de soutien pour le personnel médical en première ligne de cette pandémie.
  7. Accélération immédiate de la production des équipements nécessaires pour faire face à la crise (kits de test, masques, respirateurs).
  8. Fermeture immédiate des marchés financiers mondiaux.
  9. Collecte immédiate de fonds pour éviter la faillite des gouvernements.
  10. Annulation immédiate de toutes les dettes sauf celles des grandes entreprises.
  11. La fin immédiate de tous les paiements de loyer et d’hypothèque, ainsi que la fin des expulsions. Un logement décent doit être un droit pour tous les citoyens garanti par les différents États.
  12. L’accès de toute la population aux services de base tels que l’eau, l’électricité et les communications, car ce sont des droits fondamentaux. Prise en charge immédiate par l’État de tous les paiements des services publics : l’eau, l’électricité et l’internet sont considérés comme des droits humains.
  13. La fin immédiate des régimes criminels de sanctions unilatérales qui touchent des pays tels que Cuba, l’Iran et le Venezuela et les empêchent d’importer les équipements médicaux nécessaires.
  14. Soutien urgent aux paysans et paysannes pour augmenter la production de nourriture saine et la remettre aux gouvernements pour une distribution ciblée.
  15. Suspension du dollar en tant que monnaie internationale et appel aux Nations unies pour la convocation urgente d’une nouvelle conférence internationale afin de proposer une monnaie internationale commune.
  16. Assurer un revenu de base universel dans tous les pays. Cela permet de garantir le soutien de l’État à des millions de familles qui sont sans emploi, travaillent dans des conditions extrêmement précaires ou exerçant une activité indépendante. Le système capitaliste actuel exclut des millions de personnes des emplois formels. L’État doit fournir un emploi et une vie digne à la population. Le coût du revenu de base universel peut être couvert par les budgets de la défense, en particulier les dépenses d’armes et de munitions.

Pour ajouter votre signature ou celle de votre organisation à cette déclaration, envoyez un e-mail à [email protected] jusqu’au 26 mars 2020.