English Español Português Русский

Nils Völker, 88 #2 – une installation de sacs à ordures gonflables
Chers amis, chères amies,

Salutations du bureau du Tricontinental: Institut de recherche sociale.

Le 12 juillet 2019, une fillette de douze ans de Gresik (en Indonésie), Aeshnina Azzahra, a écrit une lettre au président américain Donald Trump. La lettre a été remise à l’ambassade des États-Unis à Jakarta et remise à la presse. “Mon pays, écrit-elle, est le deuxième plus grand contributeur aux déchets. Et une partie de ces déchets est votre déchet ». Puis, elle a posé trois questions puissantes et sincères : “Pourquoi exportez-vous toujours vos déchets dans mon pays ? Pourquoi ne vous occupez-vous pas de vos propres déchets ? Pourquoi devons-nous ressentir l’impact de vos déchets ?”

Lettre d’Aeshnina Azzahra, 12 ans, à Donald Trump
Trump a fait des remarques désagréables sur le fait que les pays asiatiques sont les grands pollueurs de la planète. Trump, dans son ignorance frémissante, a déclaré que les États-Unis d’Amérique utiliseraient leur pouvoir pour empêcher les “Asiatiques” de détruire la planète.

Le gouvernement malaisien a immédiatement réagi aux commentaires de Trump. Ils ont empêché les navires transportant des déchets en provenance des États-Unis d’entrer dans les eaux malaisiennes. L’avenir de ces navires et de leur cargaison toxique n’est pas clair. Il y a un nombre inconnu de navires qui traversent les océans pour transporter des déchets des États-Unis – et d’autres États occidentaux – vers des pays qui sont obligés d’acheter ces déchets et qui n’ont ni la technologie ni la volonté de les traiter.

Aeshnina Azzahra, 12 ans, s’inquiète des baleines qui sont étranglées par des déchets plastiques. Il y a 8,3 milliards de tonnes métriques de déchets plastiques qui forment un nœud coulant autour de la planète. De ce nombre, 150 millions de tonnes sont rejetées dans les océans. La plus grande partie (78 %) des déchets plastiques en provenance des États-Unis est destinée aux pays qui les brûlent.

Les déchets posent un grave problème. Un rapport de la Banque mondiale estime que les humains produisent 2,01 milliards de tonnes métriques de déchets par an. D’ici 2050, ce chiffre augmentera de 70 % pour atteindre 3,4 milliards de tonnes métriques. De ces déchets, seulement 13,5 % sont recyclés et seulement 5,5 % sont compostés. Ainsi, 81 % de ces déchets sont jetés dans des décharges ou incinérés. Si nous continuons à notre rythme actuel, nous aurons besoin de nouvelles planètes comme décharges.

Membres de l’assemblée du quartier Kōto vérifiant les camions à ordures entrant dans leur quartier, 22 mai 1973. Photographie de Mainichi Shimbun
Mais il y a une géographie de l’impérialisme à détruire. C’est quelque chose qu’Aeshnina Azzahra, 12 ans, sait. Ses trois questions sont claires et précises : pourquoi l’Occident exporte-t-il ses déchets vers les pays les plus pauvres ? Il n’est pas précis de dire que  » les humains produisent des déchets « . Certains humains produisent plus de déchets que d’autres. Les États-Unis, avec 5 % de la population mondiale, produisent 40 % des déchets du monde. En 1991, l’économiste en chef de la Banque mondiale, Larry Summers (plus tard secrétaire au Trésor américain), a rédigé un mémorandum dans lequel il faisait valoir l’élégance suivante : l’Occident a un excédent d’argent et un excédent de déchets, tandis que les pays pauvres ont un déficit d’argent et un déficit de déchets ; pourquoi donc ne permettre que les pays pauvres soient payés pour ramasser ces déchets ? L’ampleur de la production de déchets – géométriquement plus élevée qu’à l’époque pré-capitaliste – a entraîné la marchandisation des déchets. Les grandes entreprises mondiales se débarrassent des déchets, y compris en les exportant d’une partie du monde (l’Occident) à une autre (les pays les plus pauvres).

Le mémorandum de Summers arrivait à un moment où les pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine avaient commencé à interdire l’importation de déchets. En 1988, l’Organisation de l’unité africaine a appelé à une interdiction, qui est entrée en vigueur en 1991 avec la Convention de Bamako. Soixante-neuf pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique avaient déjà interdit les importations de déchets avec la Convention de Lomé de 1989. C’est à cette marée contre le commerce des ordures que Summers a répondu par son mémorandum raciste (et profondément inquiet).

Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) – créé en 1972 – a pour mandat, entre autres, de surveiller le trafic transfrontalier des déchets. Les multinationales qui font le commerce des produits chimiques et des déchets ont entravé son travail. Dans les années 1980, Greenpeace s’est attaqué avec vigueur à la question du commerce des déchets et l’a inscrite à l’ordre du jour, ce qui a abouti à la Convention de Bâle sur le contrôle des mouvements transfrontières de déchets dangereux et de leur élimination (le traité des Nations Unies a été adopté en 1989 et adopté en 1992).

En 1994, lors de la deuxième Conférence des Parties à la Convention de Bâle, l’Union européenne s’est jointe aux pays du G-77 (le bloc du Tiers Monde aux Nations Unies) pour interdire le commerce des déchets dangereux des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) – comprenant l’Ouest et le Japon – vers les pays non membres. L’Australie, le Canada et les États-Unis ont exercé de fortes pressions contre cette interdiction. En janvier 2018, la Chine a interdit toutes les importations de déchets, qui sont maintenant acheminés en plus grand volume vers l’Indonésie et la Malaisie – où les tensions actuelles se poursuivent.

Entre la Condition de la classe ouvrière en Angleterre de Friedrich Engels(1844) et Silent Spring de Rachel Carson (1962), il y a eu une prise de conscience générale du côté toxique du développement capitaliste. Mais les ouvriers et les paysans n’avaient pas besoin de l’analyse d’Engels ou de Carson pour expliquer les effluents désagréables des usines ou la terrible violence des pesticides et engrais chimiques.

Les déchets qui pourrissent à la surface de la terre sont l’apparition du problème. L’essence du problème réside dans le fait que notre système socio-économique exige que nous vendions sans cesse des produits de base, que nous réduisions leur durée de vie, que nous achetions davantage de produits pour les remplacer et que les produits rejetés rejoignent leurs frères dans les montagnes de déchets sur terre et les îles de déchets sur les océans.

En 1955, le Journal of Retailing a noté que le système exigeait que  » les choses soient consommées, brûlées, usées, remplacées et jetées à un rythme toujours croissant « . Nous avons besoin que les gens mangent, boivent, s’habillent, montent à cheval, vivent, avec une consommation toujours plus compliquée et, par conséquent, toujours plus chère ». C’est ce que Vance Packard, dans The Waste Makers (1960), a appelé  » l’obsolescence planifiée « . Nous fabriquons de bons produits « , écrivait Packard. Nous incitons les gens à les acheter, et l’année prochaine, nous introduisons délibérément quelque chose qui rendra ces produits démodés, dépassés, obsolètes.

Les ordures, du point de vue du capitalisme, sont une  » externalité « . Les entreprises capitalistes pillent la nature pour ses ressources et rejettent les déchets dans la terre. Les coûts de ce pillage et de ces déchets ne doivent pas être pris en compte dans les bilans des entreprises. Ces coûts sont considérés comme des « coûts externes ». La vélocité de la production des marchandises, dans le cadre de la nécessité d’une accumulation sans fin des profits, génère des théories telles que l' » obsolescence planifiée « , mettant en mouvement la création de déchets. En Occident, les ordinateurs duraient sept ans, les téléphones cinq ans – maintenant, les ordinateurs sont remplacés tous les deux ans, les téléphones tous les vingt-deux mois.

Les procédures visant à réduire le volume des déchets – par la réutilisation et le recyclage – sont minimales. La vie sociale, incrustée de marchandisation et de consumérisme, ne peut être facilement transformée en de nouvelles formes. Le pronostic d’une croissance moindre là où il y a beaucoup de déchets est faible. Entre-temps, des pressions sont déjà exercées sur les espaces de privation qui reçoivent plutôt que de produire la majorité des déchets du monde pour qu’ils ne produisent pas de déchets. C’est comme le débat sur l’atténuation du changement climatique – on dit aux pauvres de se serrer la ceinture, tandis que les riches continuent à rejeter du carbone dans l’atmosphère.

En 1987, la Commission mondiale des Nations Unies sur l’environnement et le développement – la Commission Brundtland – a défini le concept de  » développement durable  » comme un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins. Il est certain qu’à l’heure actuelle, le terme  » développement durable  » a la teinture de l’insignifiance, et qu’il a été surutilisé. Mais quand il a été inventé, ça signifiait quelque chose. Cela signifie qu’il faut conceptualiser des voies de  » développement  » qui permettent aux démunis d’accéder à plus que des besoins de base, tandis que les privilégiés devraient réduire leur empreinte sur la planète. Ce sens, contrairement à la logique du capitalisme, doit revenir à nos débats.

Veuillez lire la lettre d’Aeshnina Azzahra. Voici la voix d’un autre jeune qui s’inquiète profondément du sort de la terre. Elle a besoin que sa voix soit amplifiée. Elle a besoin de milliards d’entre nous pour refuser d’accepter le monde tel qu’il est, un monde qui s’étouffe avec ses propres déchets. Elle, comme les baleines, veut respirer.

Vidéo de People’s Dispatch
Souvent, les gens demandent : pourriez-vous leur recommander un endroit pour les nouvelles ? C’est une question difficile, d’autant plus difficile que les médias se libèrent de moins en moins de l’argent et du pouvoir de l’État. Basé à New Delhi (Inde), c’est People’s Dispatch, qui a maintenant un an. People’s Dispatch, qui a vu le jour en Amérique latine sous le nom de The Dawn News, est une source d’information et un fil de presse pour les mouvements populaires. Elle prend position au nom des mouvements populaires et rend compte des protestations et des campagnes qui en découlent. Visitez leur site web  et suivez-les sur les différentes plateformes de médias sociaux.

Chaleureusement, Vijay.

*Traduit par Alexandre Bovey