English Español Português

Chers amis, chères amies,

Salutations du bureau du Tricontinental: Institut de recherche sociale.

Mercredi 23 janvier, l’oligarchie vénézuélienne – soutenue par les États-Unis et leurs alliés d’Amérique latine – a tenté de renverser le gouvernement du Venezuela. Le président américain Donald Trump a décidé d’oindre arbitrairement un législateur de Vargas comme nouveau président du Venezuela. L’administration de Trump a demandé aux militaires de mener un coup d’état. Cela va à l’encontre des chartes des Nations Unies et de l’Organisation des États américains. Jusqu’à présent, l’armée vénézuélienne est restée fidèle au gouvernement élu du Venezuela. Pour l’instant, l’opération de changement de régime a été déjouée. Mais cela ne s’arrête pas là. Trump étendra les sanctions, poussant une politique visant à affaiblir l’État à s’effondrer davantage. C’est un changement de régime par strangulation. Le peuple vénézuélien s’y opposera. Les médias sociaux au Venezuela éclatent avec le hashtag – #MeDeclaro – “Je me déclare”. Je me déclare à la tête de l’ONU. Je me déclare président des États-Unis d’Amérique….

En juin 1931, le communiste italien Antonio Gramsci écrivit une lettre à Giulia Schucht, qui vivait à Moscou et avec qui il eut deux enfants. L’un des enfants – Delio – s’était intéressé à la littérature, avec une fascination particulière pour la littérature fantastique. Gramsci, enfermé dans une prison fasciste, a ainsi eu l’occasion de se rappeler une histoire de son village sur l’île de Sardaigne.
Un enfant dort, une tasse de lait à ses côtés pour son réveil. Une souris boit le lait, ce qui provoque un cri de l’enfant et de sa mère. Désespéré, la souris cogne la tête contre le mur, mais il se rend compte que cela n’aide pas, et il court vers la chèvre pour aller chercher du lait’, écrit Gramsci. La chèvre dit qu’elle donnera du lait si la souris lui donne de l’herbe, mais la prairie est sèche à cause d’une sécheresse. Ainsi, la souris cherche l’eau de la fontaine, qui a été ruinée par la guerre. Il a besoin du maçon, qui a besoin de pierres, donc la souris se dirige vers la montagne. Mais la montagne a été déboisée par les spéculateurs, et elle  » révèle partout ses ossements dépouillés de terre « .

La souris explique sa situation difficile à la montagne, et il promet que lorsque le garçon grandira, il – contrairement au reste de l’humanité – replantera les arbres, ce qui motive la montagne à donner des pierres et donc l’enfant reçoit son lait. Il grandit, plante les arbres, tout change : les os de la montagne disparaissent sous un nouvel humus, les précipitations atmosphériques redeviennent régulières car les arbres absorbent les vapeurs et empêchent les torrents de dévaster les plaines, etc’. En bref, écrit Gramsci, la souris conçoit une « piatilietca » vraie et correcte, un plan quinquennal.

Ce que la souris et la montagne nous apprennent, c’est que tout est lié. Il y a ici la guerre, mais aussi la déforestation pour le profit, la sécheresse et la cupidité. Une fois adulte, l’enfant reconnaît la nécessité d’une planification délibérée. Mais avant le plan, il y a la reconnaissance des liens.

Salma Umar Khan, leader de la communauté transgenre de Mumbai (Inde), a été nommée l’année dernière au Panel Lok Adalat. Le Lok Adalat (tribunal populaire) est un organe alternatif de règlement des différends qui permet de régler les affaires en dehors du système juridique officiel de l’Inde. Salma dirige le Kinnar Maa Trust, qui travaille à améliorer la condition sociale et économique de la communauté transgenre. À l’âge de 14 ans, Salma a été forcée de quitter sa maison. Elle connaît la pauvreté et la discrimination. Elle connaît également la vulnérabilité de la population transgenre, dont la vie devient de plus en plus précaire avec l’âge. Kinnar Maa Trust a voulu construire un abri pour les personnes âgées transgenres. Un regard sur la communauté transgenre conduit rapidement aux pénalités de la misogynie et de l’homophobie, mais aussi aux indignités de la pauvreté et aux vulnérabilités associées à la vieillesse. Il n’y a pas qu’une seule question en l’occurrence. Chaque problème (la transphobie, par exemple) se répercute sur d’autres problèmes – pauvreté, faim, hiérarchies sociales de toutes sortes.
En 1949, la communiste trinidadienne Claudia Jones a parlé de ces liens dans un article intitulé An End to the Neglect of the Problems of the Negro Woman ! Jones parle de  » l’oppression spéciale  » subie par les femmes d’ascendance africaine aux États-Unis, le poids du système étant équilibré sur leur dos. Les femmes noires, écrivait-elle, doivent être comprises comme des travailleuses, comme des femmes et comme des Afro-Américaines – comme  » la strate la plus opprimée de la population entière « . Il fallait saisir l’ensemble de leurs expériences – de leur  » oppression spéciale  » -. Toute discussion sur les femmes noires, écrivait Jones, s’ouvrirait inévitablement aux liens, aux intersections entre les nombreux aspects de leur identité.

Que fait-on des idées de Claudia Jones et de l’expérience de Salma Umar Khan ? Comment changer le monde après avoir saisi ces idées ? Il y a quelques décennies, l’All India Democratic Women’s Association (AIDWA) a élaboré la théorie de l’organisation intersectorielle. Évaluant l’oppression sociale et l’exploitation de classe, AIDWA a analysé les hiérarchies de la société en  » secteurs « . Il y a des moments où les différences religieuses divisent les femmes, ou d’autres moments où la classe est le couperet. Brinda Karat, alors dirigeante d’AIDWA, l’a dit à Elisabeth Armstrong pour son livre sur AIDWA, Gender and Neoliberalism : La All India Democratic Women’s Association and Globalization Politics, qui fait une  » critique catégorique  » de l’impact de la mondialisation sur les femmes  » en ignorant les expériences beaucoup plus nuancées liées aux différents niveaux de cruauté et de sauvagerie que ces processus ont fait subir aux femmes « . Par exemple, les femmes de la classe moyenne sont susceptibles de vouloir la démolition des cabanes et des bidonvilles, alors que les femmes qui vivent dans les cabanes et les bidonvilles ne le voudraient pas. Les femmes de la classe moyenne, organisées par AIDWA, devraient subordonner leur intérêt de classe à l’intérêt  » sectoriel  » des femmes habitant dans les cabanes. L’intérêt sectoriel de l’habitant de la cabane aurait préséance.

Il y a quelques années, j’ai interviewé des femmes et des hommes qui vivent dans les jhuggis (cabanes) de Delhi. Je leur ai demandé ce qu’ils feraient si on leur donnait une grosse somme d’argent. Une femme a dit qu’elle démolirait toutes les cabanes de son quartier, puis reconstruirait des bâtiments à plusieurs étages sur ce terrain. Chaque appartement des étages supérieurs aurait suffisamment de pièces pour dormir et interagir en famille. Mais toutes les cuisines et les toilettes seraient partagées. Ils seraient au rez-de-chaussée. Nous devrions avoir des cuisines et des toilettes comme ça « , m’a-t-elle dit avec un grand sourire sur le visage,  » pour que les castes et les différences religieuses soient remises en question « . Cette jeune femme, qui travaillait chez les riches, était instinctivement  » intersectorielle  » dans sa pensée.

Veuillez lire notre Dossier no. 12 du Tricontinental : Institut de recherche sociale, qui est une interview avec Brinda Karat. Dans l’interview, Karat parle des crises en cascade en Inde ainsi que de la nature transversale des luttes. Construire des luttes de résistance contre le système de castes et l’oppression des castes et relier ces luttes à la lutte contre le capitalisme en termes de luttes et d’objectifs est également un défi’, a-t-elle dit.

Oxfam a pris l’habitude de publier un rapport annuel éblouissant sur les inégalités économiques juste avant le rassemblement de l’élite mondiale à Davos (Suisse) pour le Forum économique mondial. Le rapport de cette année est aussi exaspérant que ceux des années précédentes. Le chiffre principal est choquant : la richesse des milliardaires a augmenté de 2,5 milliards de dollars par jour alors que la richesse de 3,8 milliards de personnes – la moitié de la population de la planète – a diminué de 11%. L’un des éléments clés du rapport est que  » l’inégalité est sexiste « , les femmes étant les plus touchées par le déclin de la part de la richesse au cours des dernières décennies. Le rapport intersectionnel d’Oxfam souligne que si le  » travail non rémunéré des femmes dans le monde entier était effectué par une seule entreprise, son chiffre d’affaires annuel s’élèverait à 10 000 milliards de dollars, soit 43 fois celui d’Apple « .

Trois recommandations découlent du présent rapport : 1) mettre fin à la sous-imposition des riches, 2) libérer le temps des femmes en allégeant les millions d’heures non rémunérées consacrées aux soins des familles et des foyers, et 3) fournir des soins de santé, une éducation et d’autres biens et services publics gratuits pour tous. Ce sont là des recommandations sensées. Ils ont besoin de l’appui du public.

La semaine dernière, le photo-journaliste libyen Mohamed Ben Khalifa (35 ans) a été abattu lors d’une autre fusillade à Tripoli. Il a pris l’année dernière une photo émouvante du corps d’un migrant pakistanais, échoué sur les côtes libyennes. Ce migrant, dont la vie a été déchirée par le type d’inégalité décrit dans le rapport d’Oxfam, tentait de se rendre en Europe. Il s’est rendu sur les plages de Zuwarah et à la morgue de Tripoli, où Mohamed Ben Khalifa a pris sa photo. Mohamed laisse derrière lui sa femme Lamia Jamal Abousahmen et leur fille Rayan, six mois.

Lisez ma chronique sur la crise actuelle de l’humanité, où les milliardaires du monde volent en jets privés vers Davos alors que les plus vulnérables de la planète sombrent au fond de la mer Méditerranée.

Chaleureusement, Vijay.

PS : veuillez visiter le site web de Tricontinental : Institut de Recherche Sociale pour nos newsletters passées, pour nos dossiers, pour nos cahiers et pour tous nos autres documents téléchargeables (disponibles en anglais, français, portugais et espagnol).