English Español Português

Tito Zungu, Avion (Afrique du Sud, 1970).
Chers amis, chères amies,

Salutations du bureau du Tricontinental: Institut de recherche sociale.

A l’époque où Zungu dessinait des enveloppes, le grand musicien sud-africain Hugh Masekela s’est tourné vers les mineurs migrants. Sa chanson, écrite en 1971, Stimela : The Coal Train (Stimela : le train de charbon), a capturé les grands dommages causés aux populations africaines par la migration et l’exploitation minière (Stimela est le mot nguni qui signifie train).

Hugh Masekela, Stimela, 1971.
Il y a un train, chante Masekela, qui vient de Namibie et du Malawi, de Zambie et du Mozambique. C’est plein de conscrits, de gens qui viennent travailler dans les mines d’or de Johannesburg. Pour presque rien « , ces mineurs vont  » au plus profond du ventre de la terre « .  La  » pierre d’évasion  » ne fait pas grand-chose pour les mineurs, leur salaire peu élevé, leur nourriture terrible, leurs maisons  » infestées de puces « . Et puis ces mineurs rêvent, mais leurs rêves dérivent dans l’horreur de la réalité,

Ils pensent aux êtres chers qu’ils ne reverront peut-être jamais.
Parce qu’ils ont peut-être déjà été enlevés de force
D’où ils les ont laissés pour la dernière fois.

La richesse va ailleurs. Ce n’est pas un hasard si les Anglais ont baptisé leur nouvelle pièce  » Guinée  » en 1663 – une référence à la côte occidentale de l’Afrique (qui fut à son tour nommée ainsi par les Portugais et les Espagnols en l’honneur de la grande ville commerciale Djenné – maintenant au centre du Mali). La monnaie anglaise est façonnée par le pillage de l’Afrique. Telle était la situation au XVIIe siècle et telle qu’elle existe encore aujourd’hui – dans une large mesure.

Naeem Mohaiemen, ‘N’aie pas peur / Je vais organiser une procession / Les soldats défileront en portant des fleurs et non des armes / seulement pour toi / mon amour’ (après Shahid Kadri), 2017.
Le silence n’est pas l’humeur des mineurs. Ils ont lutté contre le vol de leur travail depuis l’époque du colonialisme jusqu’à cette époque néocoloniale. Leurs protestations ont été féroces et leur réaction a été mortelle. L’attaque des mineurs à Marikana (Afrique du Sud) en 2012 est emblématique, mais elle est aussi tout à fait ordinaire.
Des mineurs abattus, 2014.
Les mineurs – comme les travailleurs sans terre – sont familiers avec les coups de feu et les gaz lacrymogènes, d’un bout à l’autre de l’Afrique (Marikana, Afrique du Sud) (Jerada, Maroc). Mais la violence de l’Etat et la violence des entreprises n’arrêtent pas les mineurs et les travailleurs sans terre. En Afrique du Sud, une élection a eu lieu le mercredi 8 mai, au cours de laquelle les mineurs et les travailleurs sans terre se sont alignés pour voter (les résultats sont attendus le 11 mai). Beaucoup d’entre eux font partie du Syndicat national des métallurgistes d’Afrique du Sud (NUMSA) et de Abahlali baseMjondolo– les remparts de la classe ouvrière dans le pays. Malgré la victoire attendue du Congrès national africain – dont l’emprise sur l’électorat n’a pas diminué dans la période post-apartheid depuis 1994 – des dizaines de milliers de travailleurs sans terre ont déposé leur bulletin de vote pour le Parti socialiste révolutionnaire des travailleurs (Socialist Revolutionary Workers Party, SRWP), une nouvelle formation dans ce pays. Ils sont apparus après le massacre du Marikana, dont la mine de platine appartenait à Lonmin – une société dont le conseil d’administration comprenait Cyril Ramaphosa, l’actuel dirigeant du Congrès national africain. Que ce soit en Afrique du Sud, en Zambie, au Soudan ou au Ghana, les travailleurs sans terre du continent – contre toute attente – continuent de lutter pour obtenir une plus grande part de l’excédent, pour se battre pour un avenir.
Le Dossier n° 16 du Tricontinental: Institut de recherche sociale est intitulé “Souveraineté des ressources : Le Programme pour la fin du pillage d’État en Afrique.” Ce dossier aborde les thèmes du vol des ressources et de la souveraineté des ressources. Pour comprendre ces thèmes, nous nous sommes tournés vers Gyekye Tanoh, chef de l’Unité d’économie politique du Third World Network (Afrique), basé à Accra (Ghana). L’interview de Gyeke est riche et enrichissante. Il nous emmène à travers un voyage du pillage sur le continent – du vol de la plus-value des travailleurs sans terre aux diverses formes de vol de ressources profondément corrompues par des flux financiers illicites, par le rapatriement des profits, par des prix erronés et par la déflation de la valeur des matières premières retirées du continent. Il présente une fait choquant, tiré d’un récent rapport de la Banque du Ghana : sur les 5,2 milliards de dollars d’or exportés par les sociétés minières étrangères du Ghana, le gouvernement n’a reçu que 68,6 millions de dollars en redevances et seulement 18,7 millions de dollars en impôts des sociétés. C’est 1,7% de la valeur de l’or – dont le prix augmente dès qu’il quitte les côtes ghanéennes. De plus, le rendement pour les communautés qui vivent au-dessus de l’or n’est que de 0,11 %. Ceux qui exploitent l’or en tirent le moins de bénéfices.

Le comportement scandaleux du capitalisme dans le secteur minier camoufle son pillage derrière le discours de la  » bonne gouvernance « . L’argument avancé est que ce ne sont pas les sociétés minières étrangères (dont beaucoup sont canadiennes, pour lesquelles nous vous invitons à voir notre Briefing no. 1), mais l’élite corrompue en Afrique qui est responsable de la pauvreté persistante. Il ne fait aucun doute que la corruption, quelle qu’elle soit, est un frein à la vie des travailleurs sans terre. Cette corruption, explique Gyeke, est symptomatique de la structure de l’économie mondiale. Dans de nombreux pays du continent, les paiements du service de la dette – souvent pour des dettes odieuses – sont plus élevés que la somme d’argent empochée par les fonctionnaires et les élites locales.

Nous vous recommandons vivement cet entretien avec Gyekye. Il est rempli d’idées qui méritent d’être sérieusement réfléchies et de faire l’objet de débats et de discussions plus approfondis.

Des habitants du village de Lesetlheng, dans la province du Nord-Ouest de l’Afrique du Sud, se réunissent devant la Cour constitutionnelle après que celle-ci a annulé l’interdiction de la Haute Cour de les expulser de leurs terres agricoles. New Frame / Ihsaan Haffejee, 2018.
Tant de pillage, tant de pauvreté. Les armes que les pauvres utilisent aujourd’hui sont leurs bulletins de vote, leurs chaussures de course et leurs organisations. Les bulletins de vote leur permettent – s’ils en ont le droit – d’exercer leur droit de vote. Ce droit est lentement éviscéré par l’argent, les fausses nouvelles et la suppression des électeurs. Les chaussures de course leur permettent de migrer vers des rivages de plus en plus éloignés, mais à mesure que les murs deviennent plus dangereux à l’ouest, ces chaussures sont de moins en moins utiles. Enfin, les travailleurs sans terre ont l’arme de l’organisation, pour former des plates-formes politiques qui amplifient leurs intérêts de classe. Mais ces derniers sont plus faibles de nos jours, luttant pour changer le cours de l’histoire. Ce sont les canons de l’argent qui leur sont d’abord retournés contre eux. C’est ce qui a tué Berta Cácares au Honduras en 2016. C’est ce qui menace la vie de ceux qui restent fermes contre le pillage : des gens comme Francia Márquez, leader dans la lutte contre l’exploitation illégale de l’or en Colombie (qui a survécu à une tentative d’assassinat le 4 mai). Francia Márquez a remporté le Prix Goldman de l’environnement en 2018 pour son travail contre le secteur de l’extraction, le même prix décerné à Berta Cáceres en 2015, l’année précédant son assassinat.
En 1899, la Cour permanente d’arbitrage de La Haye s’est engagée à mettre fin à la guerre, à créer  » une paix réelle et durable « . Depuis 1899, il y a eu des centaines de tentatives d’utiliser la négociation pour mettre fin à la guerre, avec la formation des Nations Unies pour fournir un espace institutionnel de négociation plutôt que de guerre. Les guerres viennent maintenant avec une régularité effrayante. Les navires de guerre américains sont en route pour la côte iranienne. Les États-Unis menacent le Venezuela de guerre. Des guerres commerciales opposent les États-Unis et la Chine, une question qui avait été abordée par l’économiste Prabhat Patnaik dans notre septième dossier. Les aspirations élevées de la Cour permanente d’arbitrage et de l’ONU demeurent, mais elles sont dépréciées par la nécessité pour les pays puissants et riches d’exercer leur domination par des boycotts et des bombardements.

L’escalade de la pression sur l’Iran – par des sanctions et des menaces de guerre – devrait refroidir le cœur de toute personne sensible (ma chronique documente ces menaces et l’impact des sanctions sur l’Iran). La guerre contre l’Iran enflammera la région qui s’étend de la mer Méditerranée aux montagnes de l’Hindu Kush. Il faut l’éviter. Mais les guerres ne sont pas irrationnelles. Elles sont utilisées par des États puissants pour exercer leur domination, pour envoyer un message aux travailleurs sans terre qu’ils doivent baisser la tête et aller dans les mines sans faire trop de bruit.

Le colonel Ewart Grogan, officier britannique et chef colonial colonial au Kenya, a déclaré à propos des Kikuyu :  » Nous avons volé sa terre. Maintenant, nous devons lui voler ses membres.” Ce que Grogan voulait dire, c’est qu’après avoir volé la terre des Kikuyu, ils doivent maintenant être convertis en ouvriers. Mais le mot crucial ici est  » volé « . Voler demande de la force. C’est par la guerre que le monde est fait, et c’est par la guerre que les relations de pouvoir inégales sont maintenues.

Chaleureusement, Vijay.

PS : pour lire nos documents, visitez notre site web.