Agus Suwage, 2017

Chers amis, chères amies,

Salutations du bureau du Tricontinental : Institut de recherche sociale

Le Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) est composé de quinze membres, dont cinq membres permanents avec droit de veto (Chine, États-Unis, France, Russie, Royaume-Uni et France) et dix membres élus pour un mandat de deux ans. La présidence du Conseil est assurée à tour de rôle tous les mois. Ce mois-ci, en mai, la présidence du Conseil est assurée par l’Indonésie, dont la représentante permanente est Dian Triansyah Djani, diplomate de carrière. Le président de l’Indonésie est Joko Widodo, connu sous le nom de Jokowi. Khamid Istakhori, secrétaire général de Federasi SERBUK – une grande fédération syndicale en Indonésie – a écrit une lettre ouverte au président. Il demande à Jokowi d’utiliser la présidence indonésienne du CSNU pour dénoncer les violations du droit international commises contre le Venezuela. Khamid nous a envoyé cette lettre, qui est au centre du bulletin de cette semaine. Je vous invite à lire ses propos ci-dessous :

 Sukarno à la Conférence Asie-Afrique, Bandung, Indonésie, 1955
****

Vous n’êtes pas réunis dans un monde de paix, d’unité et de coopération. De grands gouffres bâillent entre les nations et les groupes de nations. Notre monde malheureux est déchiré et torturé, et les peuples de tous les pays marchent dans la peur que, sans qu’ils n’y soient pour rien, les chiens de guerre ne soient à nouveau déchaînés.

C’est ce qu’a dit le président indonésien Sukarno en ouvrant la première Conférence afro-asiatique à Bandung en 1955, qui a jeté les bases de la création du Mouvement des pays non alignés (MNA), l’institution politique clé qui a milité pendant des décennies pour l’émancipation du Sud mondial.

Alors que les tambours de la guerre battent de plus en plus fort à Caracas et à Washington, nous demandons au président indonésien Joko Widodo – président du Conseil de sécurité des Nations unies pour le mois de mai 2019 – d’utiliser cette position pour défendre un monde de paix, d’unité et de coopération et dénoncer les violations du droit international commises par les États-Unis dans leur campagne pour déstabiliser le Venezuela.

Le Président indonésien Jokowi à la “Commémoration de la Conférence Afro-Asiatique, en 2015
À de nombreuses reprises cette année, l’opposition vénézuélienne a tenté un coup d’État contre le gouvernement démocratiquement élu du président Nicolas Maduro, chacun avec l’aide des États-Unis. Par exemple, le 28 janvier 2019, l’exécutif américain a publié un décret reconnaissant le chef de l’opposition Juan Guaidó comme président par intérim. Simultanément, elle a tenté d’utiliser l’aide alimentaire et médicale pour alléger les souffrances imposées par son propre régime de sanctions, destiné à étrangler l’économie vénézuélienne. Ce régime, conçu pour étrangler l’économie vénézuélienne, coûte au Venezuela 30 millions de dollars US par jour. A titre de comparaison, un envoi récent d’aide que les Etats-Unis ont tenté d’acheminer n’a transporté que 20 millions de dollars de fournitures, soit moins d’une journée de dégâts causés par les sanctions.

Les sanctions américaines – qui ont gelé 30 milliards de dollars US d’actifs du Venezuela aux États-Unis et causé des pertes de 23 milliards de dollars US entre août 2017 et décembre 2018 – ont frappé le peuple vénézuélien le plus directement. Dans un rapport au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, Alfred de Zayas a noté que les sanctions étaient un acte conscient qui devait être considéré comme un crime contre l’humanité.

Dans un article récent, Weisbrot et Sachs ont affirmé qu’ils avaient  » réduit l’apport calorique du public, augmenté les maladies et la mortalité (tant chez les adultes que chez les nourrissons) et déplacé des millions de Vénézuéliens qui avaient fui le pays en raison de la dépression économique et de l’hyperinflation croissantes « . Ils estiment que les sanctions – illégales en vertu du droit américain et des statuts de l’Organisation des États américains – ont causé la mort d’environ 40 000 civils entre 2017 et 2018 et atteignent le seuil de la définition de  » châtiment collectif  » de la Convention de Genève.

Plus récemment, la police américaine est entrée de force dans l’ambassade du Venezuela à Washington – ce qui constitue une violation flagrante de l’article 22 de la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques – en arrêtant ses occupants et en le remettant à l’opposition vénézuélienne.

Caracazo, 1989, Francisco ‘Frasso’ Solórzano
Alors que les États-Unis se sont élevés contre les violations des droits de l’homme, leurs actions ont été motivées par le désir d’écraser la révolution bolivarienne au Venezuela et l’impact qu’elle a eu sur l’accès limité des États-Unis aux ressources de la région, en particulier le pétrole vénézuélien. En plus d’améliorer les conditions de vie de millions de pauvres et de dépossédés, la Révolution bolivarienne a donné une nouvelle orientation à la solidarité dans le Sud global.

Le Venezuela a rejoint le Mouvement des pays non alignés en septembre 1989, quelques mois seulement après le Caracazo, une vague de protestations en réponse aux réformes économiques néolibérales. Le Caracazo a été déclenché par la hausse du prix du pétrole alors que le président centriste nouvellement élu Carlos Andres Perez a supprimé les subventions.

Le Caracazo a été un tournant décisif pour le Venezuela. Depuis un lit d’hôpital, le futur président Hugo Chávez a vu la violence se dérouler alors que des centaines (peut-être des milliers) de personnes ont été tuées par l’appareil de sécurité de l’État dans ce que Chávez a appelé plus tard un  » génocide « .

Après avoir pris le pouvoir lors des élections de 1998, le gouvernement Chávez a utilisé les rentes pétrolières au profit du peuple vénézuélien (et des autres pays qui ont rejoint plus tard le projet bolivarien) pour réduire la pauvreté, augmenter les salaires et améliorer l’accès à l’alimentation, à la santé et à l’éducation (voir ici un bref compte rendu de ses réalisations). En 2002, Chávez et ses fidèles partisans militaires ont défendu avec succès la révolution bolivarienne contre un coup d’État orchestré par les États-Unis.

Nicolás Maduro, le successeur de Chávez, a cherché à poursuivre cet héritage. Il a remporté de nombreuses élections démocratiques malgré le fait que son leadership a été mis à rude épreuve par l’effondrement des prix du pétrole, qui représentent environ 95% des exportations vénézuéliennes. L’opposition américaine et vénézuélienne a saisi cette occasion pour saper le projet idéologique de la Révolution bolivarienne et accéder à la richesse pétrolière du Venezuela.

Les communistes en Indonésie arrêtés par la junte militaire, 1965
Les actions perpétrées contre le Venezuela soulèvent des souvenirs troublants pour de nombreux Indonésiens. Des documents déclassifiés en 2017 montrent qu’au lieu de rester les bras croisés alors qu’environ un demi-million de civils étaient massacrés par le général Suharto et ses troupes en 1965, les États-Unis se sont activement engagés dans la diffusion du récit qui justifiait la violence.

Malgré la fin du régime militaire officiel en 1998, l’héritage du contrôle militaire pèse toujours lourd sur l’Indonésie. Pendant des années, elle est restée bénéficiaire de l’aide militaire américaine et a participé activement aux exercices d’entraînement militaire américains. L’ancien président Susilo Bambang Yudhoyono a même passé du temps à s’entraîner à “l’École des Amériques  » du Fort Benning, le fameux terrain d’entraînement où les conspirateurs de coupes d’Amérique latine ont perfectionné leurs compétences pendant des décennies.

Marsinah Menggugat était une organisatrice d’usine indonésienne, tuée il y a 26 ans ce mois-ci par la dictature de Suharto. “Ils jouent entre les chiffres,” dit-elle. “Ils ne se demandent jamais si un certain nombre de chiffres peuvent humaniser un travailleur » – Mereka bermain diantara angka-angka. Mereka tidak pernah mempertimbangkan apakah sejumlah angka mampu memanusiakan seorang buruh. Artiste : Ivana Kurniawati
Le président Jokowi est le premier chef d’État indonésien à se séparer de cet héritage. Jokowi a été réélu en battant complètement le leader de l’opposition Prabowo Subianto (le candidat militaire et le gendre de Suharto). Cette victoire démontre que le peuple indonésien a une fois de plus rejeté la politique de guerre et de conflit en faveur d’une démocratie plus tolérante.

Jusqu’à présent, M. Jokowi s’est montré réticent à adopter une position ferme à l’égard du Venezuela, au-delà de l’expression de ses préoccupations et de l’encouragement du dialogue politique entre les parties. Cependant, alors que l’Indonésie prétend respecter le principe de non-ingérence et ne pas s’ingérer dans les affaires intérieures (limitant les commentaires à l’aide humanitaire pour les personnes déplacées), elle n’a pas pris position contre l’ingérence et les violations constantes du droit international que nous voyons au Venezuela.

Comme lorsque Sukarno a parlé à Bandung, les chiens de guerre sont à nouveau déchaînés, et ils ont les dents fermement entraînées au Venezuela. Nous sommes solidaires des classes ouvrières du Venezuela et soutenons les mesures prises par le Président Maduro pour surmonter la crise.

En conséquence, nous appelons Jokowi à mettre à profit la dernière semaine de sa présidence du Conseil de sécurité pour se montrer à la hauteur de l’héritage de Sukarno, dénoncer les violations du droit international commises par les États-Unis et commencer à reconstruire la solidarité du Sud mondial.

Khamid Istakhori, Secrétaire général de Federasi SERBUK.

****

En juin prochain, notre Dossier no. 17 sur l’attaque contre le Venezuela et le concept de guerre hybride. Ce dossier est produit conjointement par nos bureaux de São Paulo (Brésil) et de Buenos Aires (Argentine). Il s’agit d’une évaluation approfondie de la nature de la guerre contre le Venezuela, l’une des quatre guerres que John Bolton – le conseiller américain en matière de sécurité nationale – est impatient de poursuivre en justice (pour en savoir plus, voir ma chronique). Pendant que nos bureaux préparaient le dossier, notre équipe à Buenos Aires a organisé un séminaire pour discuter de la traduction espagnole du livre d’Andrew Korybko sur la guerre hybride.

Après sept semaines exténuantes, les résultats des élections du 17e Lok Sabha (Parlement) de l’Inde sont maintenant connus. Neuf cent millions d’électeurs ont été inscrits pour voter dans 542 circonscriptions. Le BJP d’extrême droite a remporté la majorité des sièges et formera à nouveau le gouvernement. C’est un fait qui donne à réfléchir que l’extrême droite continue de faire des progrès dans le monde entier. Il ne s’agit pas d’une histoire sur l’Inde elle-même, ni d’une histoire qui peut s’expliquer par une plongée empirique dans les seules réalités indiennes. C’est une histoire mondiale, de l’Australie au Brésil. Elle exige une évaluation approfondie des forces structurelles de la mondialisation et de la fragmentation sociale qu’elles ont engendrées.

La semaine dernière, j’étais à Dublin (Irlande) où j’ai pris la parole lors d’une manifestation du Parti des travailleurs pour les élections au Parlement européen. Lors de cet événement, j’ai parlé du fait que l’extrême droite ne s’attaque pas aux graves problèmes de notre monde, mais compte sur les tensions de la société pour former son bloc électoral :

Dublin, Irlande, 7 mai 2019.
Nous devons accorder notre attention à ces réalités structurelles, tout comme nous devons comprendre l’évolution sociologique de nos sociétés à la suite des processus de mondialisation.

Nous ferons un dossier sur les résultats des élections indiennes dans le courant de l’année, tout en poursuivant notre enquête sur l’idée de « démocratie » à notre époque.

Chaleureusement, Vijay.

PS : pour lire nos bulletins d’information précédents et les autres documents, veuillez visiter notre site. Vous y trouverez notre dossier sur la souveraineté des ressources. L’article article de Celina della Croce, coordinatrice du Tricontinental : Institut de recherche sociale, présente cette semaine les thèmes de ce dossier.

*Traduit par Alexandre Bovey

<French> Pour lire en français, cliquez ici

<Hindi> हिंदी में पढ़ने के लिए यहाँ क्लिक करें

<Malayalam> മലയാളത്തിൽ വായിക്കാൻ ഇവിടെ ക്ലിക്ക് ചെയ്യുക

<Portuguese> Leia em Português aqui