Les systèmes de santé publique ont été affaiblis par des budgets d’austérité, souvent imposés par les riches créanciers et le FMI, qui exigent le remboursement de la dette et ne se soucient pas que cet argent provienne des budgets de la santé publique, de l’éducation publique et des biens publics. Le sous-financement chronique du secteur public et le manque de personnel médical ont frappé une grande partie du monde capitaliste, en particulier dans le Sud, avant même l’émergence du COVID-19. Une « fuite des soins » a encore réduit la capacité des personnels soignants dans les pays du Sud.