English Español Português Русский

John Pule, Le désaccord, 2014.
Chers amis, chères amies,

Salutations du bureau du Tricontinental : Institut de recherche sociale.

La semaine dernière, l’Agence France-Presse a mis la main sur un projet de rapport de l’ONU intitulé Special Report on the Ocean and Cyrosphere in a Changing Climate (Rapport spécial sur l’océan et la cyrosphère dans un climat changeant). Ce document de 900 pages est une étude des océans par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), l’organe des Nations Unies qui a reçu le prix Nobel de la paix en 2007. Les extraits qui sont devenus disponibles sont effrayants. “Les mêmes océans qui ont nourri l’évolution humaine », peut-on lire, « sont sur le point de déclencher la misère à l’échelle mondiale si la pollution par le carbone déstabilisant l’environnement marin de la Terre n’est pas éliminée ».

À moins d’une réduction importante des émissions de carbone produites par les humains, au moins 30 % du pergélisol de surface de l’hémisphère Nord pourrait fondre au cours des huit prochaines décennies. Cela signifierait que d’ici 2050, les océans s’élèveront et que les  » événements extrêmes du niveau de la mer  » détruiront les îles et les mégalopoles de basse altitude. Peu de scientifiques sont convaincus que le réchauffement peut être contrôlé au seuil de 1.5˚C ; ils espèrent pour 2˚C. Avec cette augmentation de la température, les océans vont s’élever suffisamment pour déplacer plus d’un quart de milliard de personnes ; ces personnes déplacées – 250 millions – formeraient collectivement le cinquième plus grand pays du monde après la Chine, l’Inde, les États-Unis d’Amérique et l’Indonésie.

Le rapport spécial final sur l’océan doit être publié le 25 septembre, deux jours après un sommet spécial d’action sur le climat organisé par le Secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres à New York. Fin août, António Guterres a pris la parole à la Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique, et il a dit :  » Peu de choses compromettent le développement plus qu’une catastrophe environnementale ». Il avait à l’esprit le terrible cyclone Idai qui a frappé le Mozambique, détruisant 90% de la zone autour de la ville de Beira. Regarder à nouveau ces images de drone de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, est terrifiant :

Une vidéo de drône IFRC du Cyclone Idai à Beira, Mozambique, 2019.
Les catastrophes ne sont pas difficiles à trouver. L’ouragan Dorian a balayé les Caraïbes avec férocité. António Guterres a mentionné les incendies en Amazonie, un crime contre l’humanité – comme l’a dit l’organisation paysanne La Via Campesina. Cette courte vidéo – Brazil in Flames – réalisée par Brasil de Fato , est troublante:
Brasil de Fato, Brazil in Flames, 2019.
“Des décennies de progrès en matière de développement durable peuvent être anéantis du jour au lendemain « , a déclaré António Guterres à propos de ces catastrophes en cascade. Et il y aura d’autres catastrophes de ce genre. « pour 2015-2019, ce seront les cinq années les plus chaudes depuis qu’il existe des données « , a déclaré António Guterres. L’Organisation météorologique mondiale (OMM) affirme que nous avons maintenant la plus grande concentration de CO2 dans l’atmosphère de l’histoire mondiale. En ce qui concerne les océans, l’OMM montre qu’en 2018, la teneur en chaleur de l’océan dans les 700 m supérieurs et les 2000 m supérieurs était  » soit la plus élevée, soit la deuxième plus élevée jamais enregistrée « .

La faute se situe à différents niveaux. Le Mozambique et le Brésil sont tous deux confrontés à l’impact délétère de la catastrophe climatique, mais dans le cas du Brésil, il y a aussi un coupable plus proche : les sociétés d’exploitation forestière et minière. Quand il s’agit de pointer du doigt, une ou deux mains ne suffisent pas. Les doigts doivent pointer du doigt les conglomérats de la finance et de l’énergie qui font leur argent avec le carbone. Ils désignent également avec intensité les pays du G-7 et de l’Organisation de coopération et de développement économiques qui refusent de négocier de bonne foi dans le cadre des négociations sur le climat.

Les accusations seraient négligentes s’ils ne montraient pas du doigt avec une férocité particulière le comportement à double visage des pays développés. Le professeur T. Jayaraman du Tata Institute of Social Sciences (Mumbai) a déclaré au Courrier de l’UNESCO que la discussion sur les taxes sur le carbone et le commerce du carbone est un écran de fumée. Pourquoi ces gouvernements n’imposent-ils pas simplement certains objectifs à atteindre par certaines industries ? Il faut une réglementation plus stricte. Dans le cas contraire, ils devraient être condamnés à payer la sanction ». Croire que l’on peut convaincre les entreprises d’agir moralement, ou leur faire peur pour qu’elles prennent les bonnes mesures, me semble un peu absurde « , a dit Jayaraman. Les pays développés, a-t-il dit, doivent  » se convertir rapidement aux technologies vertes « , ce qui ne signifie pas seulement changer les combustibles fossiles (gaz pour le charbon), mais aussi passer aux énergies renouvelables. D’un autre côté, les pays en développement doivent faire un bond en avant, mais d’une manière raisonnable. Les transports publics de la ville chinoise de Shenzhen, par exemple, sont tous électriques – avec l’intention de faire en sorte que tous les transports publics de la ville suivent le mouvement :

South China Morning Post, Shenzen: the World’s Pioneer in Electric Vehicles, 2018.
La tergiversation sur la catastrophe climatique n’est que la même évasion qui émerge lorsque le capitalisme affronte les questions morales de la faim et du sans-abrisme, de l’indignité et des inégalités. Il existe de charmantes théories qui permettent à la classe capitaliste de continuer à s’approprier presque toutes les richesses sociales, tandis que les ouvriers et les paysans vivent au bord de la survie. Ce n’est pas le manque de mouvement pour faire face à la réalité de la catastrophe climatique qui est le problème ; c’est l’affliction de l’affluence, les racines culturelles profondes du capitalisme, qui empêcheront une solution à la fois sociale et climatique.

Les réponses sont données pour les symptômes, pas pour les causes. L’eau monte et Jakarta, capitale de l’Indonésie, construit une digue de 24 mètres de haut, alors que 40% de la ville est déjà sous le niveau de la mer. Le président indonésien Joko Widodo sait que ce n’est pas une solution. Il a annoncé que le quatrième plus grand pays du monde va déménager sa capitale sur l’île de Bornéo. Entre-temps, l’ONU a tenu une discussion préliminaire sur un nouvel accord sur la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer pour conserver et maintenir la diversité biologique marine. Tout cela semble timide – le Fonds de contributions volontaires n’a pour but que d’offrir des financements pour que les petits États insulaires puissent participer à ces réunions. Il n’y a rien d’autre sur la table. Il n’y a pas d’engagement réel pour s’attaquer à l’élévation du niveau de la mer ou à l’acidification des océans. Le Fakasoa Tealei de Tuvalu a déclaré que les cadres existants sont  » inefficaces  » et même cette discussion pourrait ne pas ajouter  » une valeur pratique  » au problème. L’honnêteté de Tealei et la reddition de Widodo à la mer sont des canaris déçus dans un puits de charbon sans fin.

Agung Mangu Putra, Abstraki Ikan, 2001.
Les îles Tonga, l’archipel situé au sud de Tuvalu dans l’océan Pacifique, risquent d’être emportés par les eaux montantes. Les principales îles des Tonga ont construit des digues, mais leurs habitants peuvent regarder à travers les eaux et voir leurs petites îles glisser dans l’océan. Où iraient les 100 000 Tongans si les eaux montent ? Konai Helu Thaman, l’un des grands poètes de Tonga, a écrit il y a des décennies sur son rêve d’un autre monde.

Nous ne pouvons pas voir
loin dans l’horizon
ni pouvons nous voir
ce qui se tenait là auparavant
mais aujourd’hui, on peut voir des arbres
séparés par le vent et l’air
et si nous osons regarder
sous le sol
nous trouverons des racines qui nous tendent la main
l’un pour l’autre
et dans leur entrelacement silencieux
créent le paysage caché
de l’avenir.

Ivana Kurniawati, Nous ne sommes pas des singes, 2019.
Le nord-est des Tonga est la Papouasie occidentale, la moitié de l’île de Papouasie qui est détenue par l’Indonésie. De forts sentiments d’indépendance remuent une fois de plus en Papouasie occidentale après que des étudiants papous aient été traités de manière honteuse par les nationalistes indonésiens dans la ville de Surabaya. Appelés  » singes  » par ces nationalistes, les radicaux papous sont parvenus à inverser l’ordre des choses : Papua merdeka, itu yang monyet inginkan (Papouasie Libre, c’est ce que veulent les singes). L’un des dirigeants de la lutte – Surya Anta – a été arrêté. La situation n’est pas très claire, avec la fermeture d’Internet en Papouasie occidentale. Dans un prochain bulletin, nous publierons une entrevue avec Benny Wenda du Mouvement uni de libération de la Papouasie occidentale.
Images du Séminaire à Rio.
L’un des éléments hérités des luttes d’indépendance en Amérique du Sud est la question de l’intégration continentale. Cette question revient régulièrement, la dernière fois lors de la “Pink Tide”La question de l’intégration s’est ensuite posée dans le cadre de la lutte des classes régionale – les conditions de l’intégration devraient-elles simplement profiter à l’oligarchie et aux entreprises multinationales, ou l’intégration pourrait-elle être un moyen de développement socialiste ? La semaine dernière, à Rio, dans le cadre d’une série co-organisée par le Tricontinental : Institut de recherche sociale, Monica Bruckmann et Beatriz Bisso de l’Université fédérale de Rio de Janeiro ont rejoint Mariana Vazquez de l’Université de Buenos Aires et Olivia Carolino du Tricontinental devant une salle pleine d’universitaires, d’étudiants et de militants pour discuter de ces thèmes. L’idée de l’intégration est urgente, mais pas sans une évaluation claire de son caractère de classe. La mondialisation est une forme d’intégration capitaliste ; l’intégration des pays dans un programme en faveur de la classe ouvrière et de la paysannerie est une toute autre question. Comment le faire lorsque l’équilibre des forces est défavorable ? C’est la question qui nous intéresse.

Il y a dix ans, le Vénézuélien Hugo Chávez s’adressait à la conférence sur le climat à Copenhague. Chávez a évoqué le régionalisme de l’Amérique latine, notamment l’ALBA (Alliance bolivarienne pour les peuples de nos Amériques). Ses commentaires les plus vifs ont été formulés lorsqu’il a pointé du doigt les individus et les pays les plus riches du monde, dont l’attitude  » montre une grande insensibilité et un manque de solidarité envers les pauvres, les affamés et les plus vulnérables aux maladies et aux catastrophes naturelles « . Les plus riches, a dit M. Chávez, devraient faire deux choses connexes : premièrement,  » prendre des engagements contraignants, clairs et concrets pour la réduction substantielle de leurs émissions  » ; et deuxièmement,  » assumer des obligations d’assistance financière et technologique aux pays pauvres pour faire face aux dangers destructeurs du changement climatique « .

Chávez a vu ces racines se tendre les unes vers les autres. Mais cette perspective n’est pas partagée par le G7 et l’OCDE. Ils voient les fruits qu’ils veulent cueillir et manger eux-mêmes. C’est leur attitude. C’est l’attitude du maraudeur, pas de l’être humain.

Chaleureusement, Vijay.

PS : tous nos documents sont disponibles sur notre site web, y compris tous les bulletins et dossiers, les documents de travail et les cahiers de notes, les briefings et les alertes rouges. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec nos bureaux à Buenos Aires, Johannesburg, New Delhi et São Paulo.

*Traduit par Alexandre Bovey.